30 ans de solidarité en Touraine

La Banque Alimentaire de Touraine a officiellement vu le jour le 12 juin 1985. Elle est alors la seconde Banque Alimentaire à être créée en France et en Europe. Elle a pour mission " face au problème de la faim [de] collecter et redistribuer des surplus et des dons alimentaires, en utilisant le canal d'assocations ou de groupements ".

Tout a commencé un an plus tôt. Le 13 mars 1984, le quotidien La Croix publie une tribune de sœur Cécile Bigo intitulée « J’ai faim ». Elle y dénonce le scandale de la pauvreté qui cohabite avec le gaspillage de nourriture et demande : « Quelle est la personne […] qui aura assez d’astuce pour mettre en place, avec d’autres, le procédé de récupération rapide et efficace des aliments, avant qu’ils ne soient embarqués dans les poubelles ? ».

A la suite de cet article, la première Banque Alimentaire est créée à Paris à l'automne 1984, bientôt suivie par d'autres, qui donneront naissance à la Fédération nationale des Banques Alimentaires. Dès le 10 octobre 1985, la Banque Alimentaire de Touraine est la première à adhérer à la Charte des Banques Alimentaires portée par la toute jeune Fédération nationale.

Lors de sa première année d'existence, la Banque Alimentaire de Touraine vient en aide à 700 personnes, grâce à ses Associations Partenaires. En 1986, ce nombre fera plus que doubler : 1 500 personnes bénéficient de l'aide alimentaire.

Très vite, la principale préoccupation des responsables de l'époque est de trouver des denrées. De multiples petites collectes sont organisées, dans les magasins, mais aussi par cantons, en y associant mairies, écoles, paroisses et commerçants. Tout naturellement, la Banque Alimentaire de Touraine participe à la collecte nationale des Banques Alimentaires le 14 décembre 1986, et recueille 27,6 tonnes de denrées alimentaires.

A l’automne 1987, la Banque Alimentaire de Touraine quitte ses locaux exigus du 8 rue de la Grandière à Tours et s'installe 18 rue de la Béguine à Joué-lès-Tours, où elle dispose enfin d'installations frigorifiques : une chambre à froid positif de 43 m3 et une chambre à froid négatif de 13 m3, et d'engins de manutention. Cela lui permet de regrouper toutes les distributions qui s'opéraient dans divers locaux de l'agglomération en une même organisation.

En 2010, elle quitte ses locaux devenus trop petits (600 m2) et vétustes de Joué-lès-Tours et s'installe 47 rue des Grands Mortiers à Saint-Pierre-des-Corps, où elle dispose de 1 265 m2 de locaux, une chambre à froid positif de 125 m3, une chambre à froid négatif de 75 m3 et un sas de tri de 50 m3.

Parallèlement à l'accroissement des quantités de denrées collectées et redistribuées, le nombre de bénévoles croît également, atteignant 35 en 2003 et une soixantaine en 2014. Le nombre des bénévoles participant à la collecte nationale des Banques Alimentaires augmente lui aussi, passant ainsi de 200 en 1991 à près de 1 500 en 2014.